Police plus grandePolice plus petite
Laplace

BH2 Laplace

Le bâtiment hydrographique de deuxième classe (BH2) Laplace 

  • Sur cale le 11 juin 1985
  • Lancé le 14 novembre 1986
  • Mis au service actif le 20 avril 1988 au sein de la flotte du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine

Basé initialement à Nouméa, il est depuis 1999 basé à Brest. 

 


 
 

Equipements principaux : 

  • Sondeur multifaisceau petits fonds EM1002 - Konsberg-Maritime
  • Sondeur monofaisceau EA600-210 kHz, 33 kHz  et 12 kHz - Konsberg-Maritime
  • Centrale inertielle POSMV320 - Applanix 
  • Benne de prélèvement type Shipeck 
  • Sondeur latéral remorqué MPX4200FS - Edgetech  
  • Magnétomètre Seaspy remorqué - Marine Magnetics
  • Bathycélérimètre SVP1000 - Valeport
  • Célérimètre de coque Mini SVS &T - Valeport
  • Bathythermographe MK21 - Sippican
  • Logiciel d'acquisition - Hypack
  • 2 vedettes hydrographiques - Fassmer
     
     

 

Se reporter au site de la Marine nationale pour de plus amples informations.

 


 

 

 

Mission du BH2 Laplace au Bénin et au Togo (Golfe de Guinée) en 2015

Levé en vedette hydrographique

17 mars – 24 juin 2015

Le Laplace a appareillé de Brest le 17 mars pour se diriger vers l’Afrique de l’Ouest où il a réalisé une mission hydrographique de plus de 3 mois. Après une escale à Mindelo (Cap Vert), le BH2 est arrivé dans les eaux béninoises le 05 avril où il a pu débuter sa mission hydrographique par le mouillage d’un courantomètre au large de Cotonou. L’essentiel de la mission s’est ainsi déroulé dans les eaux du Bénin et du Togo. Ces travaux répondaient à la fois à des besoins de sécurité de la navigation au profit de la Défense, mais aussi aux exigences de la convention SOLAS en matière d’information nautique et de renseignements de sécurité maritime. En effet, la France est responsable des ces informations conformément aux arrangements administratifs relatifs à la coopération en matière d’hydrographie, d’océanographie et de cartographie marine entre la France d’une part, le Togo et le Bénin d’autre part.

Dans ce cadre, l’un des objectifs principaux du déploiement a ainsi été la mise à jour des cartes marines des ports de Cotonou et Lomé et de leurs abords. La mise à jour de la connaissance bathymétrique aux abords du wharf de Kpémé (Togo) a également été réalisée. En effet, dans toutes ces zones, la connaissance était très ancienne voire inexistante (avec parfois des zones de mouillage définies dans des zones non hydrographiées !).

Le Laplace ainsi que ses deux vedettes hydrographiques Goéland et Guillemot équipées de sondeurs multifaisceaux dernière génération (EM2040c) ont permis de réaliser une cartographie haute résolution du fond et de détecter tout obstacle dangereux pour la navigation. Ces moyens ont été mis en œuvre par l’équipage du Laplace et un détachement de 11 personnes du groupe hydrographique de l’Atlantique (GHA).

Vue générale du levé bathymétrique réalisé au Togo : Port de Lomé, chenal d’accès au port, recherches d’épaves, profils de reconnaissance, détermination de l’isobathe 20 m, zone de mouillage d’attente de Kpémé et abords immédiats du wharf de Kpémé. CM 7587
Levé des zones de mouillage, levé de contrôle du port, du chenal, de la zone de clapage et recherche d'épave, extrait de la carte marine 7787.

En parallèle de ces mesures de la bathymétrie, des mesures de courant et de marée ont été réalisées. Ainsi 5 marégraphes et 3 courantomètres ont été mouillés. Ces mesures servent d’une part à réduire les sondages de la marée et d’autre part à améliorer la connaissance globale de la marée et des courants dans cette zone.

En complément de ces travaux en mer, de nombreux travaux à terre ont été conduits à l’occasion des escales à Cotonou ou à Lomé. Il s’agissait de contrôler la position des nombreux amers et balises indiqués sur les cartes et, le cas échéant, de déterminer la position et les caractéristiques des nouveaux éléments non encore portés sur les cartes. De plus, les ports de Lomé et Cotonou ont récemment connu de gros développements qui sont toujours en cours ; les cartes marines et autres documents nautiques n’étaient donc plus à jour. La présence du Laplace dans cette zone a été mise à profit pour mettre à jour la connaissance de ces ports par le biais, entre autres, de trajectographies GPS des nouveaux quais. Tous ces éléments ont permis de réaliser une mise à jour totale de l’information nautique de cette zone et les éléments les plus critiques (nouvelles bouées de chenalage, nouveaux amers, nouveaux quais, épaves, etc.) ont été signalés au SHOM dans les plus brefs délais.

Trajectographies des quais des ports : traces GPS à Cotonou (à gauche) et mesures à Lomé (à droite)

Enfin, dernier volet, et non des moindres, de cette mission : le Directeur du GHA et le Commandant du Laplace ont rencontré à de nombreuses occasions les acteurs maritimes locaux et les comités hydrographiques du Bénin et du Togo. Ces réunions ont non seulement permis de présenter les travaux mais aussi de contribuer au développement de l’Action de l’Etat en Mer (AEM) et d’examiner les projets d’avenir de l’hydrographie au Bénin et au Togo et plus généralement en Afrique de l’Ouest avec notamment la présentation du projet HydroMAOC.

Rencontre avec les acteurs maritimes locaux et les comités hydrographiques du Bénin

Mission du BH2 Laplace à Saint-Pierre-et-Miquelon en 2014.

23 avril – 28 juillet 2014

 

Le Laplace est arrivé à Saint-Pierre-et-Miquelon le 7 mai. Il a touché terre à Miquelon pour mettre en place un marégraphe puis contrôler la position de rochers, « les Veaux Marins », terres émergées les plus à l’ouest de l’archipel déterminantes pour fixer les eaux sous souveraineté française.

Depuis cette date, le bâtiment a travaillé à Saint-Pierre pour contrôler les fonds marins dans le port et les approches du port, principalement la passe du Nord-Est, mais aussi la passe du Sud-Est, la passe au Flétans et la passe à Henry. Puis il est revenu à Miquelon pour contrôler également le port et la baie de Miquelon, mais aussi l’Anse du Gouvernement et la zone comprise entre la passe à la Goélette et le hauts fonds situés à proximité, c’est-à-dire les Rochers de l’Est, la Roche Miquelon extérieure et l’Accore Anglaise plus au large. Ces levés ont été complétés par des observations de la marée à Saint-Pierre et à proximité, à Miquelon comme cela a déjà été précisé, et de courants aux différents endroits suivants : passe du Nord-Est, passe du Sud-Est, passe à Henry, Rocher du Petit-Saint-Pierre, La Baie côté Saint-Pierre, et port de Miquelon, Goulet de Langlade côté Miquelon.

En parallèle à la poursuite des levés bathymétriques, des travaux à terre étaient conduits. Il s’agissait en particulier de déterminer sans ambiguïté la position d’éléments remarquables visibles sur des photographies aériennes ou prises depuis des satellites d’observation de la terre afin de déterminer avec précision la limite du domaine maritime, c’est-à-dire le trait de côte. Ces mesures ponctuelles ont été complétées par le positionnement des principales installations portuaires du port de Saint-Pierre en réalisant le relevé topographique des quais, jetées et digues. Pour exploiter correctement les observations la marée, il était nécessaire de contrôler les repères terrestres permettant de conserver dans le temps les niveaux de référence et de faire le lien entre le zéro hydrographique, référence des profondeurs, et le zéro du nivellement terrestre, référence des altitudes.

Pour compléter ces mesures, une revue du balisage et des amers de l’archipel a été réalisée, en partie à terre et en mer, avec prises de vue et contrôle des positions, du fonctionnement des feux …

Enfin, afin de produire une documentation en phase avec les usages en vigueur, une enquête sur les noms des lieux en usage, enquête de toponymie, a été conduite.

Cette mission a été l’occasion de rencontrer les personnes travaillant dans le milieu maritime. Cela a permis dans un premier temps de recevoir des soutiens et des conseils pour optimiser la présence du Laplace sur zone, et dans un second temps, cela devrait permettre de valoriser au mieux les connaissances acquises.

L’équipage du Laplace comprend 50 personnes dont un détachement de 12 personnes du groupe hydrographique de l’Atlantique (GHA) chargé des mesures décrites précédemment. L’ensemble de ce travail aura été effectué en 50 jours approximativement pour une mission qui aura duré 97 jours. En effet, cette mission a été également l’occasion pour la marine d’être représentée à Québec pour les Rendez-vous maritimes de Québec, ou de précéder à des rencontres avec nos collègues hydrographes canadiens à Halifax et Saint-Jean-de-Terre-Neuve à l’occasion d’escales de détente. Il faut également rappeler que l’éloignement de l’archipel impose un transit relativement long de trois bonnes semaines aller-retour.

 

Pour conclure, les données acquises permettront d’établir une nouvelle couverture cartographique avec des données précises pour les zones de navigation où le besoin de sécurité est le plus élevé. Et sans attendre la publication des nouvelles cartes, les carte et ouvrages déjà en service vont bénéficier de mises à jour pour les éléments les plus importants au regard de la sécurité de la navigation.

 

Présentation générale des levés bathymétriques réalisés par le Groupe hydrographique de l’Atlantique avec le BH Laplace et ses vedettes hydrographiques à Saint-Pierre-et-Miquelon en 2014.

     

 

 

 

BH2 LAPLACE

Le BH2 Laplace est parti de mi-septembre à fin octobre afin de contrôler les abords du port de Carteret. Ce travail a été entrepris par les 2 vedettes du bâtiment. Les conditions de mer se dégradant, il a été interrompu le 9 octobre et 60% des objectifs initiaux ont été atteints pour ce levé des abords de Carteret. Le travail sera repris au printemps prochain. Profitant de sa présence sur zone, le bâtiment a poursuivi le levé de la partie sud du chenal de la Déroute.

 

 

Levé des abords du port de Carteret en septembre-octobre 2013

par les vedettes hydrographiques du BH Laplace

 

Accès rapide
Prédiction de marée Groupe d'avis aux navigateurs (GAN) Informations nautiques Catalogue des cartes Espace de diffusion Portail data.shom.fr
Catalogue PPML
Catalogue PPML