Police plus grandePolice plus petite

Prédicteur de marée

Imprimer la page

Le Tide Predictor de Lord Kelvin, acquis en 1950 par le Service Hydrographique de la Marine, fut utilisé jusqu'en 1966 pour réaliser les calculs de prédiction de marées pour les ports d'Outre-Mer.

L'appareil réalisait mécaniquement l'addition des trente ondes sinusoïdales élémentaires principales de la marée.

Le mécanisme était constitué d'un jeu de poulies situées dans un même plan, chacune d'elles étant mue par une liaison à une réglette portée par une roue dentée. Ces roues étaient toutes entraînées par des roues solidaires d'un même arbre mis en rotation par l'opérateur au moyen d'une manivelle.

Finalement, les déplacements des poulies étaient additionnés très astucieusement par un mince ruban métallique serpentant de l'une à l'autre, entre un point d'attache fixe et un stylet.

Les amplitudes des ondes étaient réglées par le système de réglettes et leur pulsation par le rapport du nombre de dents. La courbe résultante était tracée sur un rouleau de papier. Son dépouillement permettait d'obtenir les prédictions à faire figurer dans les annuaires de marée.

En 1872, sir William Thomson, le futur Lord Kelvin, fit construire son premier modèle de Tide Predictor qui opérait sur huit composantes. A ce premier modèle succédèrent des modèles de plus en plus performants. Il existait avant la seconde guerre mondiale une quinzaine de ces machines dans le monde. Il n'en existe en France, à notre connaissance, plus que deux : le premier, construit en 1881, fait partie de la collection du Musée des Arts et Métiers (et provient du SHOM), le second, construit en 1924, est exposé dans le hall d'entrée du SHOM à Brest.

Vue d'ensemble du Tide Predictor
Vue de detail du Tide Predictor