Le Shom, vigie des océans

Retour à la liste

Le Shom, vigie des océans

L’océan est une composante majeure du système Terre. Il joue un rôle central pour toutes les sources de vie sur Terre et contribue à réguler et stabiliser le climat.

L’acquisition de données multidisciplinaires sur le long terme, du large à la côte et de la surface au fond est un enjeu de la décennie à venir car elle permettra de guider les stratégies d’adaptation et les réponses politiques au changement climatique.

Pour répondre à ces enjeux, le projet Argo a vu le jour dans les années 2000. Fruit d’une collaboration internationale, dont fait partie le Shom, le projet Argo est un élément indispensable et complémentaire du système d’observation global des océans (GOOS : Global Ocean Observing System), de la Terre et de son climat.

Argo, un réseau mondial de flotteurs

Initialement prévu pour mesurer la température et la salinité dans les 2000 premiers mètres de l'océan, le programme Argo a été revu en 2019. Désormais, son nouvel objectif est de mettre en place un réseau global d'observations de l’océan à partir de flotteurs profileurs autonomes dérivants. Sur les 4000 flotteurs nécessaires pour atteindre ce but, un quart des appareils seront équipés de capteurs biogéochimiques et 1200 seront capables d’aller au-delà de 2000 mètres de profondeur.

Le réseau mondial Argo
Le réseau mondial Argo  ©OceanOPS

Le Shom, acteur du projet Argo

Le Shom participe au projet Argo, au même titre que d’autres organismes publics de recherche scientifique. En collaboration avec Ifremer, une quinzaine de flotteurs sont largués chaque année, durant des transits et des campagnes océanographiques.

Le principe de fonctionnement est le suivant : le flotteur dérive au gré des courants, plonge à intervalle régulier puis transmet ses données par satellite.

Ainsi, ce dispositif permettra de comprendre le fonctionnement de l’océan, de décrire son état et son évolution pour faire face au changement climatique.

Fonctionnement du flotteur autonome
Fonctionnement du flotteur autonome

 

Crédit photo
©Mia Schumacher/GEOMAR
27 octobre 2021
Étiquettes