Ouverture de l'exposition sur 300 ans d'hydrographie française aux Ateliers des Capucins à Brest

Retour à la liste
Brèves

Ouverture de l'exposition sur 300 ans d'hydrographie française aux Ateliers des Capucins à Brest

L'exposition est accessible gratuitement du 29 avril au 2 novembre aux Ateliers des Capucins - passage des arpètes - 25 rue de Pontaniou, 29200 Brest, tous les jours de 10h00 à 19h00.

 

Elle est menée en partenariat avec la société publique locale des Ateliers des Capucins et la ville de Brest, ville d’art et d’histoire.

Cette exposition croise l’évolution des besoins et les innovations et expertises mobilisées par les hydrographes pour les satisfaire de 1720 à nos jours.

Elle s’appuie sur des éléments variés : cartes marines, documents nautiques, dessins, photographies, instruments de différentes époques, maquettes, montages audiovisuels, services numériques, etc.

Cette histoire de l’hydrographie française est racontée à travers six thèmes :

  • La sécurité de la navigation, mettant en parallèle l’évolution des caractéristiques du trafic maritime et celles des produits et services hydrographiques permettant de préparer et d’exécuter en toute sécurité une traversée entre deux ports de la planète.

 

  • L’accompagnement hydrographique de l’exploration du monde, y compris pour la troisième dimension, qui a permis de passer du fantasme à la réalité concernant les fonds marins. L’hydrographie a joué un rôle moteur dans la cartographie du globe et la détermination des positions à sa surface.

 

  • Le soutien apporté par l’hydrographie à la Défense et aux opérations navales, montrant comment les techniques et les produits hydrographiques ont évolué pour répondre aux besoins militaires.

 

  • Les progrès des sciences et techniques utilisées pour l’hydrographie et la contribution de cette dernière à la compréhension de l’environnement marin et de la planète.

 

  • Le soutien apporté par l’hydrographie au développement de l’économie bleue. Les premières études d’hydrographes français ont permis le développement de nouveaux ports au milieu du 19ème siècle. Aujourd’hui le Shom s’implique dans la mise en œuvre au niveau national et européen des évolutions du droit de la mer et de la planification de l’espace maritime et il apporte son soutien au développement économique durable : exploration et exploitation de nouvelles ressources (grands fonds), développement des énergies marines renouvelables, … 

 

  • La contribution des hydrographes à la prévention des risques : risques naturels, qu’ils soient progressifs, comme l’érosion qui affecte certains rivages ou l’élévation du niveau de la mer dû au changement climatique ; catastrophiques, tels les ondes de tempête ou les tsunamis, ou encore résultant d’activités humaines, comme les pollutions accidentelles.vue exterieur

     

 

Quelques objets cles

Parmi les documents cartographiques, instruments, maquettes, tableaux, etc. présentés au sein de cette exposition, voici quelques exemples marquants.

 

  • Le tide predictor : Les machines de prévision des marées sont des ordinateurs analogiques qui ont été utilisés de la fin des années 1800 à l'ère numérique pour prédire les heures et hauteurs des pleines et basses mers dans le monde entier. Le premier TPM a été conçu par William Thomson (plus tard Lord Kelvin) et construit à Londres en 1873. Il a été développé afin de pouvoir calculer un plus grand nombre et plus rapidement des prédictions de marée que ce qui pouvait être au préalablement fait à la main. Celui conservé parle Shom date de 1925 est toujours en état de marché.

 

                         

Vues du mécanisme du tide-prédictor du Shom

 

  • Une frise présentant 300 ans d’observation du niveau de la mer, à Brest : Motivées d'abord par le besoin de comprendre et de prédire le phénomène des marées, ces observations répondent aujourd'hui à de multiples besoins et contribuent en particulier à la surveillance de l'impact du changement climatique. Ainsi à Brest, le niveau de la mer a augmenté de 30 cm en 300 ans, soit en moyenne 1 mm par an, contre 3 mm par an environ sur les 40 dernières années.